All posts by Eric Raymond

Sablage de plancher à Laval

Entretien: sablage de plancher

Sablage de plancher à Laval
Sablage de plancher à Laval

A la fois noble et confortable, le plancher en bois compte parmi les revêtements de sol les plus appréciés. Principalement parce que le bois est un matériau naturel vivant, chaleureux, esthétique et écologique. Mais aussi parce que l’entretien d’un plancher en bois est très simple ! D’autant plus que pour obtenir un résultat net et impeccable, il suffit de tenir compte de sa finition (vernis, huile ou cire). En effet, à chaque finition, son entretien ! Conseils pour bien entretenir un plancher en bois.

Entretien d’un plancher en bois vitrifié

Dans le cas du plancher en bois vitrifié, ce dernier a souvent tendance à perdre son éclat. Un coup de balai ne suffit plus pour rendre à nouveau la surface lisse et brillante : un entretien spécifique s’impose donc ! Pour rendre l’éclat à un plancher en bois vitrifié, il faut commencer par une séance de dépoussiérage à l’aide d’un chiffon doux et sec ou d’un aspirateur dédié. Il faut ensuite passer au lavage à l’aide d’une serpillière, d’un balai trapèze, d’un balai éponge ou d’un balai à frange. En présence d’une tâche persistante, il est également possible d’utiliser un nettoyant spécifique dédié pour les planchers en bois vitrifié. Mais attention ! Il ne faut pas être tenté d’utiliser des produits ménagers ordinaires pour l’entretien de ce type plancher : cela peut en effet endommager la finition vernis du plancher. Dans le cas d’une tache très difficile (encre, goudron, cirage ou autre), il est conseillé d’utiliser des produits plus efficaces comme le white spirit, l’acétone ou l’alcool dénaturé.

Entretien d’un plancher en bois huilé

Pour garder l’éclat et la brillance d’un plancher en bois huilé, il faut faire un huilage régulier. Mais avant d’entamer l’entretien, il faut bien nettoyer le plancher et poncer les dernières taches.  A noter que le produit choisi doit spécifique au type de bois et suivant la recommandation du fournisseur, vu que tous les planchers en bois n’utilisent pas les mêmes huiles. Pour une brillance impeccable et un coup d’éclat parfait, il faut penser à un lustrage avec un chiffon propre, mais uniquement lorsque l’huile est séchée. Consultez des spécialistes du sablage de plancher à Laval.

Bon à savoir : la fréquence de l’huilage dépend largement de l’état et de l’usage du plancher.

Sinon il faut savoir que comme tout autre revêtement de sol, la surface huilée nécessite un époussetage régulier à l’aide d’un balai, d’un aspirateur et d’un produit nettoyant adapté. Cette action doit également être faite en  fonction de la fréquence d’usage de la pièce.

Entretien d’un plancher en bois finition cire

Très facile à entretenir, le plancher en bois de finition cire ne nécessite pas un produit de lavage spécifique. Un coup de balai microfibre légèrement humide suffira ! Mais attention ! Ce type de plancher est très fragile au contact de l’eau ou autres facteurs offensifs. De ce fait, au fur et à mesure de son usage, des taches noires peuvent apparaitre plus facilement sur le sol en bois ciré.

Une fois le dépoussiérage et le nettoyage à l’aide d’un balai microfibre terminés, il est maintenant possible de cirer le plancher en bois : à noter que cette action ne doit être faite qu’une fois par mois ou en fonction de la fréquence d’usage de la pièce en question.

Pour unifier la surface du plancher, il est conseillé d’utiliser de la cire de couleur neutre, de préférence de la cire blanche. Un coup de chiffon sec et doux optimisera ensuite l’éclat et la brillance du plancher quand la cire sera bien séchée.

Pour conclure, il est important de préciser que ce soit pour le plancher en bois vitrifié, huilé ou ciré, l’eau fait partie des facteurs qui dégradent rapidement le plancher bois. Donc, en cas de lavage, il est fortement conseillé de ne jamais laver le plancher en bois à grande eau !

Sablage de plancher

 

La tuyauterie en plomberie

La tuyauterie fait partie des éléments incontournables d’une bonne plomberie : elle permet en effet de raccorder la maison au réseau de distribution d’eau mais également d’évacuer les eaux usées. Différents modèles et critères de choix… tout sur la tuyauterie en plomberie!

Les différents types de tuyaux en plomberie

Les tuyaux de canalisation se déclinent en plusieurs modèles, notamment au niveau des matériaux et d’utilisations. A noter que chaque modèle possède ses propres spécificités et caractéristiques. On distingue notamment les tuyaux de canalisations à usage classique et les tuyaux de canalisation à usage spécifique. Les détails :

  • Les modèles classiques :

Le tuyau en cuivre : c’est le modèle le plus traditionnel, il est surtout utilisé pour la distribution des eaux froides et chaudes. Ce type canalisation est à la fois très solide, esthétique, recyclable et surtout facile à installer : on peut en effet le couper et le cintrer. Son installation nécessite malgré tout l’intervention d’un professionnel. A noter qu’on distingue les tuyaux en cuivre recuit et ceux en cuivre écroui.

Le tuyau PVC : il sert à évacuer les eaux usées. Très léger et facile à manipuler, ce modèle est donc très simple à installer. Pour ce faire, il suffit juste de le couper à la dimension choisie et de le dépolir avec un peu de toile émeri. L’installation se fait ensuite par soudure à froid. Les tuyaux PVC coûtent nettement moins chers que les autres modèles.

Le tuyau PER : perméable à l’oxygène, il est surtout utilisé pour le raccordement d’eau des équipements sanitaire et du chauffage : il permet en effet à l’eau de chauffer vite. Mais on peut également l’utiliser pour d’autres usages comme la distribution et l’évacuation d’eau par exemple. Ce qui différencie le tuyau PER des autres modèles c’est le fait qu’il ne s’entartre pas, mais aussi parce qu’il réduit considérablement les nuisances sonores.

  •  Les tuyaux à usage spécifiques :

Le tuyau flexible : ce modèle est surtout utilisé pour l’alimentation et l’évacuation des eaux usées dans les endroits difficiles d’accès. Souple et flexible, il présente une très bonne résistance à la pression d’eau. De plus, ce type de tuyau est vraiment très facile à installer car il ne nécessite pas de soudure.

Le tuyau multicouche : doté des mêmes propriétés et qualités que le tuyau PER, le modèle multicouche est très résistant et ne s’entartre pas. Il assure ainsi une bonne étanchéité. De plus, son raccordement ne nécessite pas de soudure : il suffit juste de visser les raccords. L’installation réclame cependant des équipements de travail spécifique.

Le tuyau sans soudure : fabriqué en PVC sur-chloré il s’avère très résistant aussi bien à la chaleur qu’à la pression d’eaux. Et grâce à ses propriétés isolantes, ininflammables, anti-tartres et anticorrosion, ce modèle de tuyau est surtout destiné pour le raccordement des appareils de chauffage.

Bien choisir sa tuyauterie

Le choix de la tuyauterie ne se fait pas au hasard ! Il faut prendre en compte quelques critères pour que l’installation soit vraiment parfaite. Dans ce cas, avant d’acheter des tuyaux, il faut d’abord connaitre et déterminer l’usage, les matières de fabrication, le diamètre… Un peu de rappel à ce sujet :

• tuyau en cuivre pour la distribution des eaux froides et chaudes ;
• canalisations en PVC pour l’évacuation des eaux usées ;
• tuyaux PER, multicouches ou sans soudure pour le chauffage et les équipements sanitaires
• et enfin, canalisations flexibles pour les endroits difficiles d’accès.

Pour le diamètre, on distingue 4 modèles : 16, 20, 25, et 32 mm. Le choix dépend donc de l’usage réservé au tuyau. Pour les petits conduits par exemple, 16 mm de diamètre feront parfaitement l’affaire. Les modèles 20 mm sont idéals pour les tuyauteries de salle de bain, et ceux de 25 et 32 mm pour relier le compteur d’eau au premier collecteur.

Pour tout problème de plomberie: http://www.plombierdemontreal.com/

Comment devenir invisible sur facebook?

Vous avez décidé d’utiliser le réseau social pour vous-même et pour un nombre limité de personnes ? Si vous ne tentez rien et ne mettez pas la main dans vos réglages, c’est perdu d’avance. Pour paraitre plus discret sur Facebook, vous devez passer par quelques réglages. Voici des astuces qui vous permettront de restreindre votre visibilité sur Facebook, que ce soit pour un large public ou pour un utilisateur en particulier.

Devenez introuvable lorsque vous vous connectez à Facebook

Gardez le contrôle sur votre visibilité en ligne en faisant un réglage basique sur le module de la messagerie instantanée. Car sans intervention de votre part, vos amis peuvent savoir si vous êtes en ligne ou pas. Et ils peuvent également identifier le type d’appareil avec lequel vous vous connectez (web ou mobile).

Il est possible de facilement désactiver la discussion instantanée de façon ponctuelle depuis la petite roue crantée en bas à droite de l’interface qui affiche la présence de vos amis en ligne.

Cliquez sur la roue crantée et sélectionnez « Désactiver la discussion instantanée ». Précisons toutefois que des retours d’utilisateurs font état de dysfonctionnements réguliers de cette fonction. Mais, vous ne pourrez pas faire plus que ça, malheureusement.

Rendre votre journal invisible sur les moteurs de recherche

Poursuivons notre objectif de dissimulation numérique en s’intéressant à la présence de votre compte sur les moteurs de recherche. Pour se faire, allez dans les Paramètres et outils de confidentialité accessibles depuis les « Paramètres » de votre compte.
Dans la toute dernière section de la rubrique « Confidentialité », désactivez l’option.

Les réglages annexes

Dans la même rubrique intitulée « Confidentialité », vous allez régler les choses ainsi :

  • Qui peut voir mon contenu : amis et leurs amis ou amis. Vous pouvez personnaliser selon votre souhait d’invisibilité sur le réseau.
  • Limitez la visibilité des anciennes publications sur votre journal : optez pour « Limiter les anciennes publications ».
  • Qui peut vous envoyer des invitations à devenir amis ? : choisissez « Amis et leurs amis ».
  • Quels messages doivent être filtrés dans ma boîte de réception ? : sélectionnez pour le « Filtrage strict ».
  • Qui peut vous trouver à l’aide de l’adresse électronique que vous avez fournie ? : Amis.
  • Qui peut vous trouver à l’aide du numéro de téléphone que vous avez fourni ? : Amis.

Avec tout ça, vous ne devriez pas être trop agacé par l’utilisateur alpha.

L’invisibilité ciblée

On achève avec l’ultime paramètre qui permettra de devenir entièrement transparent pour un utilisateur en particulier. Celui ou celle qui vous ennuie avec ces messages, ce détracteur dont vous ne voulez rien savoir et qui ne doit rien voir sur vous… Ça se passe dans la section « Blocage » de vos paramètres.

Cependant, précisons que les programmes et jeux que vous utilisez en commun avec cet utilisateur bloqué ne sont pas concernés par cette limitation. Mais vous serez au moins tranquille pour le reste de votre activité sociale.

Pour être former et rémunérer en utilisant Facebook: http://www.formationsfacebook.com/

 

Technique roulette en ligne: jouez la couleur!

Parmi les nombreuses astuces pour gagner à la roulette, une véritable utopie, celle de la martingale qui consiste à jouer toujours sur la même couleur et à doubler sa mise à chaque perte, attire encore de nombreux pigeons.

Réfléchissez seulement deux petites minutes.

Lorsque la bonne couleur sort enfin, vous récupérez la totalité de vos pertes précédentes plus une unité. Ce n’est pas vraiment la plus rentable des techniques, elle est en effet limitée par le fait que les casinos, qui ne sont pas fous, imposent une limite des mises maximales à un plafond qui atteint en France 200 fois la mise unitaire. Ce qui fait qu’après huit coups perdants, vous devriez miser 256 fois la mise unitaire.

Et de plus, une série monochrome de dix n’est pas rare, ce qui fait que tous ces efforts ne serviraient qu’à gagner une seule unité.

Vous allez immédiatement vous dire, parce que vous avez fait fonctionner vos neurones, qu’en jouant à deux vous pourrez augmenter le plafond des mises. Seulement, manque de pot, cela est interdit. En effet jouer à deux pour se libérer de cette mise maximale, en misant de manière à compenser les uns les autres, peut vous apparaître attrayant. Mais si vous calculez bien, cela ne vous ferait d’ailleurs gagner qu’un seul tour, mais avec l’obligation de partager avec votre partenaire votre éventuel gain. Conclusion : une solution peu rentable.

Un petit futé du nom de Norman Leigh en 1966 eu l’idée de créer une équipe de 12 joueurs avec lui pour partir à l’assaut des tables de roulette à Nice. Leigh avait eu la géniale idée d’utiliser la technique de Labouchère, mais inversée. Cette équipe ont fait joyeusement sauter les banques de nombreux casinos jusqu’au jour où ils furent détectés et évidemment interdits de casinos.

Mais avant de m’étendre davantage sur cette technique de Labouchère, vous deviez visionner cette vidéo qui traite justement de cette technique de la couleur :

https://www.youtube.com/watch?v=4NGGLFGmZnk

Le narrateur avec son accent québécois prend du plaisir à nous faire toucher du doigt cette martingale si souvent utilisée.

Inverser la martingale de Labouchère.

Celle-ci consistait dans un système de mises classique, le joueur augmente sa mise si il perd, améliorant ainsi les chances du casino. Leigh, lui, eut l’idée de faire le contraire et de jouer systématiquement et simultanément sur le rouge et le noir, mais en jouant davantage sur la couleur qui sort que sur l’autre en augmentant sa mise quand il gagne et en la réduisant quand il perd.

Ce qui laisse supposer qu’une roulette même parfaite ne produit pas exactement autant de rouge que de noir dans une même soirée. Le système fonctionne donc dès qu’une couleur sort plus que l’autre. S’il y a exactement autant de rouge que de noir, le joueur ne gagne ni ne perd rien, sauf lorsque le zéro sort, ce qui représente peu par rapport aux gains.

Cette progression de Labouchère inversée consiste pour le joueur à définir une série en début de partie. Par exemple, si nous prenons les quatre nombres : 1, 2, 3 et 4 dans cet ordre, le joueur additionne les extrêmes, soit 1 + 4 = 5 et mise donc 5 unités sur une couleur, toujours la même. Quand il gagne, il recommence l’addition des extrêmes, S’il gagne immédiatement et continuellement, il joue 5, puis 6, 7 etc. S’il perd, il efface les nombres extrêmes et joue le dernier nombre non effacé de sa colonne, donc il joue moins que ce qu’il vient de perdre. Donc s’il perd tout de suite et continuellement, il joue 4, puis 3, etc.

Lui, Norman Leigh, jouait avec deux équipes de six joueurs qui se relayaient autour d’une même roulette, un joueur par bande. Chacun jouait indépendamment les uns des autres, ils ne jouaient donc pas en groupe, ainsi ils n’enfreignaient pas la règle du casino. Mais par contre, et ce n’est pas interdit, ils mettaient le résultat de leur soirée au casino en commun.

Donc jouer en équipe est indispensable pour couvrir toutes les bandes, un seul joueur ne peut arriver à faire ces calculs, ramasser les gains et placer ses mises pour chaque bande par lui-même, le tout en mois de deux minutes, puisque le casino arrive à faire au moins 30 tirages par heure.

S’il en est vraiment ainsi, comment se fait-il que les casinos existent encore ?

Ce système est extrêmement difficile à mettre en œuvre et à suivre scrupuleusement. De plus, les casinos surtout quand ils sont bondés misent sur le fait que les nombreuses distractions qu’ils offrent à leur clientèle, perturberont automatiquement ces petits futés.

Pour connaître des techniques plus efficaces en roulette en ligne, cliquez ici.

Comment jouer à la roulette ?

Le fait d’entrer dans un casino, de s’asseoir à une table de jeux et s’imaginer que vous allez ressortir les poches pleines relève de l’utopie.

Sans connaître les règles basiques du jeu de la roulette, ou même des roulettes européennes (françaises et anglaises) et américaines risquent de vous faire ressortir du casino plus léger qu’à votre arrivée.

Vous allez pouvoir découvrir dans les paragraphes suivants le BA – BA d’un joueur de roulette avisé, mais avant de poursuivre, vous devriez visionner cette courte vidéo ci-dessous :

Vous êtes donc assis, il y a beaucoup de monde à la table de votre roulette à la française, que devez-vous faire à présent ?

La table étant pleine, ne vous permettant pas de vous déplacer facilement pour jouer vos mises, il vous est possible de demander à un croupier de le faire à votre place.

Comment annoncer le placement de vos jetons ?

  • Pour les numéros pleins. Vous devez déposer vos jetons devant le croupier et lui annoncer les numéros sur lesquels vous désirez les placer. Soit sur une seul et unique numéro compris entre zéro et trente-six ou si votre choix s’est porté sur plusieurs numéros, vous devrez les énumérer dans l’ordre croissant, comme par exemple : un jeton sur le 12, un jeton sur le 19, deux jetons sur le 27 etc. Attention si vous choisissez le numéro 1, ne dîtes pas UN, mais PREMIER.
  • Pour les chances simples. Vous devez simplement annoncer au croupier la chance que vous avez décidé de jouer. Exemple : pour jouer le rouge, vous annoncez ROUGE et pour jouer le noir, vous annoncez NOIR.
  • Pour jouer à cheval, une transversale, un carré ou un sixain. Vous devez annoncer au croupier vos mises en annonçant les numéros extrêmes, exemple : un sixain comprenant les six numéros de 9 à 14 doit s’annoncer au croupier « Sixain 9/14 » Pour le carré avec les numéros 13, 14, 16, 17 vous lui annoncerez « Carré 13/17 » Une transversale 25,26,27 doit s’annoncer : « transversale 25/27 » Enfin un cheval vertical 12 et 15 doit s’annoncer : « cheval 12/15 ».
  • Pour jouer 1 numéro et deux voisins. Vous devez donner 5 jetons au croupier et annoncez « un numéro et deux voisins » si vous portez votre choix sur le numéro 17, le croupier placera un jeton sur le numéro 17 et les quatre autres sur les numéros 25,34,2,6.

Combien peut-on miser ?

Mise minimale à la roulette dite française. En France, cette mise varie d’un casino à l’autre, mais en principe celle-ci peut débuter à 2 et elle est obligatoirement affichée à la table.

Mise maximale. Les tables de roulette française acceptent des mises maximales plus importantes que pour les tables de roulette anglaise. Elles peuvent atteindre 30 fois la mise minimale sur un numéro plein et mille fois la mise minimale sur une chance simple. Ce qui donne dans l’ordre croissant les mises suivantes :

  • Sur un numéro plein, 30 fois le minimum de la table
  • A cheval, 60 fois le minimum de la table
  • Sur une transversale, 100 fois le minimum de la table
  • Sur un carré, 120 fois le minimum de la table
  • Sur un sixain, 250 fois le minimum de la table
  • Sur une douzaine, 500 fois le minimum de la table
  • Sur une colonne, 500 fois le minimum de la table
  • Sur une chance simple, 100 fois le minimum de la table

Différences entre roulettes françaises, anglaises et américaines.

La roulette anglaise. C’est en fait une variante de la roulette française avec comme seules variations : un niveau de mise différent, une autre disposition du tapis et un nombre de joueurs limité à 7.

Voici un récapitulatif des différences entre la roulette française et anglaise :

  • A la roulette anglaise le jeu se joue à un seul joueur jusqu’à 7 au maximum.
  • Chaque joueur ne peut acheter et jouer qu’avec une seule couleur de jetons et ils ne peuvent être utilisés qu’à la table où il les a achetés.
  • Le tapis de jeu diffère, à la roulette française les mises pair, impair, manque et passe sont réparties de chaque côté de la grille des numéros, tandis qu’à la roulette anglaise, ces mises se situent seulement à la gauche des cases numérotés. Par contre, les annonces, les combinaisons sont identiques pour les deux roulettes.
  • Par rapport à la roulette française, dans le jeu de la roulette anglaise, il n’y a pas de mise en prison des jetons misés sur les chances simples. Le partage avec la banque est automatique.

La roulette américaine. C’est un dérivatif de la roulette française présentant toutefois quelques particularités, dont :

  • Le cylindre est différent, les numéros sont disposés autrement sur le tapis et une case supplémentaire apparaît . le double zéro : 00
  • Le tableau des mises diffère de celui de la roulette française, mais la disposition des chances simples est plus pratique et accessible pour les joueurs assis à la table.
  • Par contre, les combinaisons, annonces et le déroulement du jeu sont totalement identiques.

Enfin pour en terminer avec toutes ces explications, il ne faut pas oublier d’ajouter qu’avec cette différence du double zéro : 00 les probabilités de gains avec la roulette américaine sont beaucoup moins intéressantes.

Pour avoir des astuces sur comment gagner à la roulette: http://www.gagneralaroulette.net/

Chauffage : comment faire des économies ?

Vous n’avez pas besoin d’être magicien pour  réduire au maximum les factures de votre chauffage électrique. Vous l’avez certainement déjà compris, l’économie sur le chauffage est une question liée au choix des installations en fonction de votre habitation et de vos besoins. Mais, cela n’est pas la seule alternative : voici quelques astuces simples qui vous aideront à réduire considérablement vos factures en énergie électrique.

La qualité de l’isolation

L’isolation permet de baisser les déperditions de chaleur. Quel le que soit la solution de chauffage que vous pouvez adapter, celle-ci sera toujours énergivore si  votre logement est mal isolé. Pour diminuer votre consommation en énergie,  l’isolement est la première action indispensable à adopter : songez à équiper votre habitation d’une isolation externe ou interne, pensez au double vitrage et à la réduction des ponts thermiques.

Les bonnes températures

Etes-vous au courant de cette petite astuce ? En réglant votre chauffage de 2 °C moins chaud, saviez-vous que vous économisez en moyenne 14 %  d’énergie sur votre logement isolé ? Ne soyez pas dubitatif, quant à ce test.  Changez vos habitudes en testant différentes températures (moins 1 °C, 2 °C, 3 °C), quitte à porter un pull over pour compléter vos besoins en chaleur. Pour une température confortable, les experts recommandent 18  °C  dans les pièces communes et 15 °C dans les chambres. Faudra y penser !

Utiliser sagement son chauffage

Ils sont nombreux à tomber dans ce piège : c’est un gâchis d’énergie lorsqu’on fait chauffer  à  plusieurs degrés Celsius une ou plusieurs pièces tout le jour, alors qu’on ne passe que quelques heures chez soi.  Pour ceux qui ne le savent pas, il existe des systèmes de chauffage électrique programmable. Sachant que les besoins en température diffèrent d’une pièce à une autre,  le système de chauffage programmable vous permet de gérer de façon simple et automatique, les températures de chaque pièce de votre logement.

Au sujet de cette programmation, plusieurs  options s’offrent à vous :

  • Le mode confort : compris souvent entre 18 °C et 22 °C, c’est l’option qui vous permet de décider des périodes ou votre intérieur doit rester au chaud.
  • Le mode Eco : compris généralement entre 16 °C et 20 °c, c’est l’option qui vous permet de faire des économies d’énergie quand vous dormez ou quand vous êtes absent.

Ces appareils pour la plupart sont équipés de plusieurs programmes préenregistrés, qui permettent aux utilisateurs de sélectionner des programmes quotidiens de temperature.  Afin qu’ils soient  adaptés au plus près des besoins de ses utilisateurs, plusieurs de ces systèmes  sont aussi personnalisables. Avec ce type de chauffage, vous êtes sûr de limiter vos dépenses en énergie.

Les nouvelles technologies

Les nouveaux systèmes de chauffage possèdent des fonctions qui permettent de diminuer  au maximum la consommation en énergie.  Ceux-ci,  par exemple coupe la chauffe lorsqu’ils détectent l’ouverture d’une  fenêtre, pour la redémarrer automatiquement lorsque la fenêtre est fermée. Ces nouveaux systèmes de chauffage vont encore plus loin. Ils sont aussi capables de détecter les présences et les absences, afin d’adapter la température à chaque circonstance. Ces appareils sont aussi des excellents moyens pour réduire les dépenses en énergie.

Pour en savoir plus: www.climatisationchauffage.ca

Garder son autonomie en résidence pour personnes âgées

Le départ à la retraite, qu’on le veuille ou non, risque d’entraîner parfois le stress de l’inconnu. Celui de savoir ce que l’on va pouvoir faire après. C’est souvent un véritable nouveau départ. Celui de : Bien vivre à domicile ou en maison de retraite.

Car autant que faire se peut, il faut privilégier le maintien à domicile dans les premières années de la retraite et ne pas encore se dire qu’un jour ou l’autre, il faudra envisager un placement en maisons de retraite. Tout s’apprend dans la vie, même le maintien à domicile, le plus longtemps possible.

Et pour y arriver plus facilement, il y a certaines règles à respecter, telles :

  • L’anticipation de la perte d’autonomie.
  • Comment faire face petit-à-petit à la dépendance.
  • Comment réguler les pathologies liées au vieillissement.
  • Comment maintenir et développer des activités sociales et culturelles.
  • Comment assurer une alimentation équilibrée et adaptée.

Il faut en quelque sorte «  Rester actif ». Le maintien des activités physiques, sociales et culturelles est essentiel à votre bien-être. Celle de la pratique d’activités physiques et sportives,  adaptées par tranches d’âges, constitue réellement le fil conducteur d’une bonne santé tout au long de votre vie. Et il faudrait même avoir débuté dès la cinquantaine, cela étant plus important et bénéfique physiquement et moralement pour mieux aborder les années suivantes. Le corps médical préconise même, une activité d’endurance trois fois par semaine, pendant 45 minutes, afin d’obtenir un rendement maximal.

Cette pratique vous apportera-t-elle des avantages pour plus tard ?Incontestablement OUI, jugez-en par vous-même :

  • Développer sa force musculaire équivaut à préserver son autonomie le plus longtemps possible.
  • Entretenir sa souplesse et son agilité réduira les risques de chute.
  • Entretenir sa résistance et améliorer sa fonction respiratoire, cardiaque et circulatoire aura pour conséquence une oxygénation cérébrale accrue, évitant ainsi la dégénérescence cellulaire.
  • Maintenir sa vigilance, sa régulation du sommeil réduira les risques de dépression et d’anxiété. Il est prouvé scientifiquement que la pratique d’une activité physique provoquera la synthèse d’endorphines, les molécules du bonheur.
  • Réguler son poids évitera les problématiques liées au surpoids évitant ainsi les articulations usées, le diabète et les problèmes de cœur.
  • Enfin ne jamais oublier de maintenir son sien social.

Très souvent notre bien-être est tributaire de nos activités sociales et culturelles. En effet, on aurait tendance à s’imaginer qu’un départ à la retraite serait synonyme de diminution d’activités. Quelle erreur ! Il a été prouvé qu’avec le maintien d’activités sociales et culturelles, la préservation physique et morale des retraités stimule l’activité cérébrale de ceux-ci.

Hélas on ne peut passer sous silence que le maintien à domicile, sauf assistance familiale, débouchera un jour ou l’autre au sein d’une résidence pour seniors.

Et résidence pour seniors, n’a jamais voulu dire « mouroir ».

Vivre au sein d’une résidence pour personnes âgées clairement adaptée aux seniors les plus avancés en âge doit obéir à une règle simple, celle de permettre à ses résidents de vivre librement à 100% leur fin de vie dans un environnement serein, sécurisé et convivial.

Les maîtres mots dans les résidences pour seniors devraient être ceux de la liberté et de l’indépendance. C’est-à-dire permettre aux résidents d’organiser leurs journées à leur guise, comme bon leur semble.

Leur permettre de participer ou non, et à leur rythme, aux différentes activités et animations proposées dans la résidence. C’est très souvent grâce aux activités hebdomadaires et régulières réalisées dans une ambiance conviviale que les résidents sont de plus en plus apprivoisés et se mettent tout naturellement à se joindre aux participants.

Mais que ce soit le maintien à domicile ou l’intégration dans une résidence pour seniors, il est toujours recommandé de consulter préalablement un médecin qui pourra s’assurer de votre capacité à pratiquer toutes sortes d’activités, qu’elles soient physiques ou cérébrales.

Rôle d’une garderie

Une garderie est un endroit où les parents ou les responsables d’un enfant amène ce dernier pour assurer sa sécurité physique et psychologique en leur absence.

Découvrir une garderie avec un environnement chaleureux peut sembler une tâche difficile. Cependant, la patience, des conseils pertinents de la part des voisins, des amis ou des parents apportent une planification plus simple au niveau de l’adaptation et des besoins de votre enfant.

L’objectif de cette recherche est l’épanouissement de l’enfant dans un milieu adapté à sa personnalité qui vous laisse un sentiment de tranquillité et de paix intérieure.

Critères de choix importants

  1. Un environnement calme, sécuritaire et de qualité.
  2. Propreté des lieux et des jouets.
  3. Atmosphère et décorations adaptées aux jeunes enfants.
  4. Un accueil chaleureux de la part des intervenants.
  5. Une possibilité d’observer son enfant en retrait une fois de temps en temps pour décoder son adaptation (le proposer, si cela n’est pas dans les habitudes de la garderie).

Le « Sois sage » de tous les jours

Ce conseil évoque pour l’enfant de ne pas faire trop de bruit, de rester tranquille, de dire bonjour, merci, s’il vous plaît et autres… Par contre pour les adultes, l’expression « être sage » signifie prudence, politesse, sociabilité et adaptation.

L’enfant très jeune apprend à la garderie à dépasser ses peurs, ses attentes, à se comporter selon les lois du partage, de l’amitié et de la connaissance de soi.

Le saviez-vous?

  • Jouer est un apprentissage à l’observation.
  • Observer par le jeu démontre les ressemblances, les similitudes et les points communs!
  • Les points communs suscitent le plaisir, le rire et la camaraderie.
  • Un sentiment d’abandon provoque des pleurs, des cris, de la panique, des douleurs et différents malaises.
  • Être trop sage empêche l’enfant de s’épanouir et de développer sa personnalité!

Lieu de sociabilité

Une garderie pour les tous petits enseigne le « bienvenue » des rencontres, des défis, des dangers, des menaces, des excitations, des séparations, des complicités et des promesses. Ne pas oublier que la mère est celle qui a donné la vie. Elle s’inquiète du moindre inconfort, d’une émotion spontanée ou d’une attitude étrange de la part de son enfant. Elle a besoin d’être rassurée, réconfortée et tranquillisé de la part des responsables de la garderie pour partir l’esprit en paix. Fidèle et patiente, son attitude déclenche chez l’enfant l’entrain ou la tristesse.

Une garderie détermine le premier apprentissage social d’un enfant. Ses perceptions communautaires futures seront en miroir avec cette expérience où son inconscient a enregistré ses joies comme ses peines. L’imagination demeure une possibilité inconnue, mystérieuse, illusoire et impressionnable aux changements.

Soyez sensible à l’apprentissage quotidien de vos enfants. Prenez le temps de les rassurer, de les prendre dans vos bras, de jouer avec eux et de leur dire votre amour. Un enfant qui se sent aimé, apprécié, compris et consolé de la part de ses parents apprécie le contact social des autres enfants en garderie comme un privilège heureux.

Découvrez : http://www.croquemagie.com/

« Il faut toute une vie pour apprendre à vivre » Sénèque

Cigarette électronique

Découvrir l’e-liquide

Mais avant d’entamer ce sujet, celui des cigarettes électroniques, une invention du scientifique chinois, Hon Lik, en 2000, faisons ensemble un come-back sur la cigarette.

Bien que la cigarette soit, de tous temps source de plaisirs, les fumeurs en deviennent rapidement les esclaves. L’addiction au tabac est difficilement éradiquée.

Trois dépendances en découlent, la physique, la psychologique et l’environnementale et comportementale.

Les risques du tabagisme actif font courir aux fumeurs la détérioration de leur santé, leur qualité de vie et leur bien-être. Pour ne parler qu’en France, le tabagisme est la première cause de mortalité évitable, avec près de 75 000 décès chaque année.

Un fumeur régulier sur deux meurt prématurément des causes du tabagisme et la moitié de ces décès se situent entre 35 et 69 ans. Un cancer sur trois est dû au tabagisme.

Mais qui pourrait prétendre imposer à quiconque de devoir se passer du plaisir que lui procure de tirer sur une cigarette ?

Personne évidemment. Oui mais, si on vient à aborder les problèmes du tabagisme passif, alors là c’est autre chose. En effet, si la fumée est donc extrêmement dangereuse pour le fumeur, qu’en est-il du non-fumeur obligé d’inhaler cette fumée nocive. Au-delà de cette gêne occasionnée, le tabagisme passif aggrave chez l’adulte des pathologies existantes et en crée de nouvelles. Il présente aussi des risques pour l’enfant né ou à naître.

L’auteur de ce texte va ouvrir une parenthèse personnelle, pour vous démontrer que l’on peut, avec de la volonté, arrêter de fumer du jour au lendemain si on veut poursuivre un but bien déterminé auparavant. Pour faire court, Il avait un fils de 10 ans qui pratiquait un sport de haut-niveau. Bien que ne s’étant mis à fumer que très tardivement, il avait atteint la consommation d’un paquet par jour en 1982. Pour son fils ce n’était pas un bon exemple. Avec ce seul objectif, celui d’arrêter de fumer, il avait voulu se prouver qu’il en était capable. Il n’a plus jamais touché à une cigarette et son fils âgé maintenant de 42 ans ignore à tout jamais les méfaits du tabac.

Cette digression volontaire servant de prétexte à poursuivre l’objet principal de ce textuel, celui de la cigarette électronique et de son moteur, l’e-liquide.

Dès les années 2000 et bien plus tard en France et en Suisse, entre 2005 et 2007, la cigarette électronique fût présentée, à tort, comme un substitut à la cigarette et même comme une façon de s’arrêter de fumer. Cependant ses effets indésirables sont encore, de nos jours, mal évalués et les scientifiques se perdent en diverses conjectures qui se contredisent les unes contre les autres.

Mais quel est donc le fonctionnement de la cigarette électronique ?

Son principe est celui de l’inhalation de vapeur aromatisée obtenue grâce à une réaction chimique. Un atomiseur envoie de la vapeur dans une cartouche qui provoquera une réaction provoquée par un système électronique alimenté par une batterie. Dans cet atomiseur, les mèches en coton ou en fibre de verre trempent dans ce e-liquide. C’est l’utilisateur qui par pression sur un bouton fait chauffer une résistance entourant la mèche dégageant ainsi une vapeur, d’où le terme de vapoteur.

Il existe une variété d’e-liquides dans les boutiques spécialisées comme http://boutique-cigarettes-electroniques.com/fr/

 

Garderie éducative

Les différentes sortes de garderie éducative

L’âge de l’enfant  engendre différents modes de garde. Il existe de nombreuses formes d’accueil pouvant répondre aux besoins des enfants, non scolarisés, selon leurs âges.

Les parents des plus petits, de moins de deux ans, pourront se diriger vers un accueil collectif assuré par des établissements tels :  les crèches, micro-crèches, les haltes garderies,  les garderies éducatives, les structures multi-accueil ou encore les jardins d’enfants. Etablissements soumis au respect d’une stricte réglementation, qui font l’objet d’un avis favorable ou d’une autorisation de fonctionnement délivrée par les autorités compétentes. Pour en savoir plus sur les services de garde qu Québec.

Une autre solution pour les plus petits consiste en une assistance maternelle, soit une personne dûment autorisée à accueillir des enfants à son domicile et qui doit impérativement être titulaire d’un agrément de l’autorité compétente.

La dernière possibilité consisterait à faire garder le petit enfant au domicile des parents, par une employée professionnelle rétribuée par ceux-ci ou récupérée par l’intermédiaire d’un organisme agréé. Si l’on devait porter un jugement sur cette méthode, on peut penser que l’enfant ne pourra pas découvrir la vie en collectivité. C’est bien dommage.

Le jardin d’enfants, parfois dénommé « École maternelle » dans certains pays (France) accueille des enfants entre deux et six ans, qui sont autonomes pour les besoins de la vie quotidienne : manger,boire, aller aux toilettes, ce n’est ni une crèche ni une garderie. Ce sont de véritables structures d’éveil destinés à ces enfants de moins de sept ans.

Dans celles-ci, les enfants sont incorporés dans des sections ou des classes, généralement par niveau (petit, moyen, grand). Ils sont pris en charge pendant la journée par un éducateur de jeunes enfants. Celui-ci est formé à l’accueil et à l’accompagnement de l’enfant et de sa famille. Il propose des apprentissages par le jeu et un environnement sécurisant pour le bien-être de l’enfant.

Jardins d’enfants ou écoles maternelles offrent un accueil régulier avec une amplitude d’ouverture correspondant aux heures des activités spécifiques favorisant l’éveil de l’enfant.

Ces établissements d’accueil pour enfants sont subordonnés à un avis ou une autorisation de fonctionnement délivrée par l’autorité compétente. En général les frais de fonctionnement sont régis par les Caisses d’allocations familiales, le cas échéant la Caisse de mutualité sociale qui financera une partie des frais de fonctionnement de ces établissements. Le gestionnaire en charge de cette structure calculera la participation des parents à partir d’un barème tenant compte des ressources de ceux-ci et de la composition de la famille.

En dehors des horaires de scolarité, il existe aussi ce qu’on appelle : les accueils de loisirs. Ce sont des structures de loisirs éducatifs pour les enfants scolarisés et les jeunes, pendant l’année scolaire, avant ou après les heures de classe, pendant la pause du déjeuner ou les après-midi non scolarisés. Elles peuvent fonctionner aussi pendant les petites et grandes vacances.

Elles sont très souvent l’œuvre des associations ou des collectivités territoriales, parfois même des comités d’entreprises. Ce genre d’accueil pour enfants doit faire l’objet d’une déclaration auprès des autorités compétentes.

En fonction des situations locales, les activités de loisirs diversifiés seront respectueuses des rythmes de vie et des âges des enfants (activités manuelles, sportives, jeux d’intérieur ou d’extérieur, activités de détentes, de découvertes, culturelles, artistiques ou scientifiques et techniques etc.)

Toutes ces activités proposées aux enfants le sont sur la base d’un projet éducatif élaboré par l’organisateur ou celui du schéma pédagogique initié par l’équipe d’encadrement.

L’encadrement des enfants est assuré par une équipe composée d’un directeur responsable, titulaire d’un diplôme professionnel, consistant en un brevet d’aptitude aux fonctions de directeur d’un tel établissement.

Pour en terminer avec cette longue énumération de ces différentes compositions d’établissements d’accueil des enfants, il faudrait  ne jamais oublier que de devoir confier son enfant à autrui ne doit jamais se faire à la légère. La rigueur et l’observation de l’encadrement devraient être le principal souci des parents.

Pour visiter une garderie éducative reconnue, cliquez ici: http://www.croquemagie.com/

Cours de conduite

Cours de conduite au Québec

Les cour de conduite comportent une partie théorique et une partie pratique.

Alors que la partie théorique permet d’apprendre les comportements du véhicule, la partie pratique est plutôt consacrée aux différents exercices sur la route.

Le cours de conduite théorique concerne les différents systèmes et dispositifs de l’automobile, le code de la route, les règles de la sécurité routière et les panneaux de signalisation. Durant le cours, l’apprenti conducteur doit être capable de coopérer et d’être responsable. Cette première phase l’incite à maîtriser théoriquement son véhicule dans n’importe quelle circonstance pour assurer sa sécurité et celle des autres.

La deuxième phase dite pratique consiste à évaluer et observer le jeune conducteur pour qu’il anticipe les risques et les dangers. Ainsi, l’apprenti conducteur doit  maîtriser les techniques de base de la voiture ainsi que les comportements sécuritaires à adopter. Il doit savoir comment franchir une intersection. La pratique consiste à faire des sorties en voiture, et faire en sorte que le jeune conducteur maîtrise la vitesse et le partage de la route.

À la fin des cours,  un examen théorique est proposé par la SAAQ. Après la réussite de celui-ci, un examen pratique devra être passé.