Cigarette électronique

Découvrir l’e-liquide

Mais avant d’entamer ce sujet, celui des cigarettes électroniques, une invention du scientifique chinois, Hon Lik, en 2000, faisons ensemble un come-back sur la cigarette.

Bien que la cigarette soit, de tous temps source de plaisirs, les fumeurs en deviennent rapidement les esclaves. L’addiction au tabac est difficilement éradiquée.

Trois dépendances en découlent, la physique, la psychologique et l’environnementale et comportementale.

Les risques du tabagisme actif font courir aux fumeurs la détérioration de leur santé, leur qualité de vie et leur bien-être. Pour ne parler qu’en France, le tabagisme est la première cause de mortalité évitable, avec près de 75 000 décès chaque année.

Un fumeur régulier sur deux meurt prématurément des causes du tabagisme et la moitié de ces décès se situent entre 35 et 69 ans. Un cancer sur trois est dû au tabagisme.

Mais qui pourrait prétendre imposer à quiconque de devoir se passer du plaisir que lui procure de tirer sur une cigarette ?

Personne évidemment. Oui mais, si on vient à aborder les problèmes du tabagisme passif, alors là c’est autre chose. En effet, si la fumée est donc extrêmement dangereuse pour le fumeur, qu’en est-il du non-fumeur obligé d’inhaler cette fumée nocive. Au-delà de cette gêne occasionnée, le tabagisme passif aggrave chez l’adulte des pathologies existantes et en crée de nouvelles. Il présente aussi des risques pour l’enfant né ou à naître.

L’auteur de ce texte va ouvrir une parenthèse personnelle, pour vous démontrer que l’on peut, avec de la volonté, arrêter de fumer du jour au lendemain si on veut poursuivre un but bien déterminé auparavant. Pour faire court, Il avait un fils de 10 ans qui pratiquait un sport de haut-niveau. Bien que ne s’étant mis à fumer que très tardivement, il avait atteint la consommation d’un paquet par jour en 1982. Pour son fils ce n’était pas un bon exemple. Avec ce seul objectif, celui d’arrêter de fumer, il avait voulu se prouver qu’il en était capable. Il n’a plus jamais touché à une cigarette et son fils âgé maintenant de 42 ans ignore à tout jamais les méfaits du tabac.

Cette digression volontaire servant de prétexte à poursuivre l’objet principal de ce textuel, celui de la cigarette électronique et de son moteur, l’e-liquide.

Dès les années 2000 et bien plus tard en France et en Suisse, entre 2005 et 2007, la cigarette électronique fût présentée, à tort, comme un substitut à la cigarette et même comme une façon de s’arrêter de fumer. Cependant ses effets indésirables sont encore, de nos jours, mal évalués et les scientifiques se perdent en diverses conjectures qui se contredisent les unes contre les autres.

Mais quel est donc le fonctionnement de la cigarette électronique ?

Son principe est celui de l’inhalation de vapeur aromatisée obtenue grâce à une réaction chimique. Un atomiseur envoie de la vapeur dans une cartouche qui provoquera une réaction provoquée par un système électronique alimenté par une batterie. Dans cet atomiseur, les mèches en coton ou en fibre de verre trempent dans ce e-liquide. C’est l’utilisateur qui par pression sur un bouton fait chauffer une résistance entourant la mèche dégageant ainsi une vapeur, d’où le terme de vapoteur.

Il existe une variété d’e-liquides dans les boutiques spécialisées comme http://boutique-cigarettes-electroniques.com/fr/